Rôle des Sacristains

Les missions confiées aux sacristains sont discrètes mais indispensables au bon fonctionnement de nos communautés. Certains sacristains sont en service depuis de nombreuses années. En plus d’assurer le relais entre les prêtres et la communauté, ils ont surtout un rôle de vigilance. Ils veillent ainsi au bien – être, au bien – vivre, au bien – faire. Très disponibles, patients, accueillants, ils sont amenés à rencontrer et à écouter un public varié. Ils ont souvent l’occasion de fournir les coordonnées de personnes responsables. En cas d’absence, ils veillent à se faire remplacer par une personne compétente.

 

QUE FONT – ILS ?

Ils ouvrent et ferment l’église (porte d’entrée et sortie de secours) pour toutes les occasions. Ils veillent à ce que l’accès à l’église soit aisé (parking, neige…). Certains laissent la porte de l’église ouverte lorsqu’ils y sont présents, ce qui permet à de nombreux passants de venir se recueillir un moment.

Ils supervisent ou veillent personnellement au nettoyage des locaux.

Ils préparent le matériel liturgique et veillent à ce que tout soit prêt pour les différentes cérémonies : ils allument les cierges, les lumières, le chauffage, dégagent la mèche du cierge pascal, vérifient la fraîcheur des fleurs, ouvrent le lectionnaire à la page prévue et posent le missel sur l’autel, préparent l’eau et l’huile pour les baptêmes, amènent le buis pour les Rameaux, disposent les paniers pour la collecte, préparent l’encensoir et l’eau bénite si nécessaire, ils choisissent les lecteurs, préparent les vêtements liturgiques et les robes des acolytes …

Ils sont aussi responsables de l’inventaire et de l’entretien de tous les linges et de tous les objets liturgiques destinés aux célébrations eucharistiques, mariages, baptêmes et funérailles. Ils se chargent de la commande des produits courants : bougies, vins, hosties (individuelles, grandes, très grandes), produits d’entretien.

On leur confie la surveillance permanente des locaux et du bon état du matériel (éclairage, chauffage, sonorisation, extincteurs, bénitiers, cloches, sanitaires…).Ils sont particulièrement attentifs aux actes de malveillance.

Ils assurent le contact avec les Pompes Funèbres et ouvrent les locaux aux différents corps de métier.

Ce sont eux qui font visiter l’église à ceux qui en font la demande (futurs mariés, équipes de catéchisme, groupes touristiques, étudiants en histoire ou en art…).

Leur rôle administratif consiste à tenir à jour les statistiques de la paroisse et les différents registres, actualiser les panneaux d’information et les tracts disponibles, afficher les horaires des messes.

Petit guide pratique du sacristain réalisé pour éviter la panique lors de l’absence imprévue de la personne qui prépare d’habitude ce qui est nécessaire à la célébration

AVANT LA CÉLÉBRATION

1. Un moment avant, si la température l’exige, mettre en service le chauffage.

2. Préparer le lectionnaire à la bonne page de la bonne année (A, B, C), après avoir vérifié que ce sont bien les textes à proclamer.

3. Après avoir vérifié le contenu de la réserve eucharistique (et l’y avoir laissé), placer dans une coupe de nouvelles hosties selon le nombre des fidèles attendus. Normalement, ce sont les hosties consacrées au cours de la célébration qui sont consommées, la réserve assurant le complément éventuel. Veiller à ce que la réserve eucharistique soit minimale, selon les besoins de la communauté (distribution aux malades, au cours d’une ADAP…) et renouvelée régulièrement (consommer de préférence les hosties se trouvant au fond).

4. Une grande hostie est déposée sur la coupe (ou dans une patène séparée) permettant une fraction du pain significative, une toute grande hostie sera utilisée pour certaines célébrations festives.

5. Mettre le vin dans le calice, et préparer une burette d’eau, à moins qu’on utilise aussi une burette pour le vin, en s’assurant qu’elle puisse être distinguée (marquée d’une croix par exemple) de la burette d’eau.

6. Placer la coupe et le calice sur une petite table (si possible dans l’assemblée pour qu’ils soient amenés au cours de l’eucharistie). Préparer les deux burettes et les trois linges d’autel : corporal, purificatoire et manuterge. Placer la burette d’eau, les coupes vides pour la distribution dc la communion, le purificatoire et le nécessaire pour le lavement des mains sur une petite crédence discrète dans le choeur.

7. Placer le corporal sur la nappe d’autel. La nappe doit être changée de temps en temps, et plus régulièrement encore le corporal et le purificatoire quand ils sont sales ou froissés.

8. Veiller à ce que l’autel soit bien dégagé, lui qui symbolise le Christ qui nous rassemble par son sacrifice : il n’est ni une crédence ni un support de décoration. Allumer les cierges d’autel (habituellement deux).

9. Veiller à ce que les paniers de la quête soient prêts ainsi que le tronc de Saint Vincent de Paul et qu’un espace soit prévu dans le chœur, près de l’autel (et non dessus) pour les recevoir après la quête.

10. Allumer le cierge pascal, sauf durant l’Avent et le Carême Veiller à ce qu’il soit bien mis en valeur, à ce que les fleurs fanées aient été ôtées, et que les compositions florales soient en bonne place.

11. Mettre en service la sonorisation, et vérifier le réglage. Allumer l’éclairage.

APRÈS LA CÉLÉBRATION

12. Éteindre les cierges et l’éclairage, arrêter la sonorisation et le chauffage.

13. Emmener à la sacristie tout ce qui avait été déposé sur la crédence (coupes, calice, linges, missel…), enlever le corporal, la nappe, les plier et les ranger avec soin. Ranger les différents livres. Compter, noter et mettre en lieu sûr le montant de la collecte.

14. Si les coupes et calices n’ont pas été purifiés après la communion, ne pas oublier de le faire après la messe… simple question de respect et de propreté. Vider les burettes et les nettoyer pour éviter les dépôts. Ranger coupes et calices.

15. Prendre les dispositions nécessaires pour prévenir le manque d’hosties ou de vin lors des prochaines célébrations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.