Des nouvelles de la Catéchèse…

En chemin avec la catéchèse…

 

 

Au fil de l’année liturgique, se laisser toucher par l’Amour de Dieu.

De la toussaint à la fête du Christ Roi, ce mois de novembre marque la fin de l’année liturgique et nous annonce déjà la nouvelle qui se profile à l’horizon.

L’année liturgique déploie et nous aide à mieux comprendre le mystère de la Bonne Nouvelle : « Jésus-Christ est ressuscité, vivant avec nous pour toujours ! ». Chacune des fêtes qui la jalonnent nous permettent d’accueillir un aspect particulier de ce mystère et d’actualiser cette Bonne Nouvelle dans nos vies.

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.
Heureux les affligés, car ils seront consolés.
Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux.
Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on vous calomnie de toutes manières à cause de moi.
Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux.
(Matthieu, 5, 3-12)

Les béatitudes annoncent, tout en n’en masquant pas les exigences, le bonheur que connaîtra dès maintenant l’homme qui rencontre Jésus et entend sa Parole. Tous ceux qui agissent en pauvres de cœur, en doux, en artisans de paix, avec justice… sont ceux qui sont attentifs aux autres. Ils font advenir le Royaume de Dieu sur terre, ils apportent le bonheur.Ils peuvent, dès lors, être considérés comme des bienheureux aux yeux de Dieu. Les saints de tous les temps ont accepté, chacun à leur manière, de suivre ce « programme » exposé par Jésus dans son Sermon sur la montagne et ils peuvent ainsi devenir exemples et témoins pour nous aujourd’hui.

Et nous ? A notre tour, avec ces guides de premier choix, amorçons notre voyage vers le Christ… Tentons de mettre ces béatitudes au cœur de nos vies, non pas comme un une manière de s’affliger mais comme un esprit qui nous guide vers les autres et vers Dieu : laissons notre cœur s’ouvrir aux autres même à ceux qui sont différents de nous, aidons ceux qui en ont besoin, ayant réellement écouté là où on a besoin de nous. Laissons-nous envahir par la tendresse, toucher par l’émotion ; ayons le cœur sensible afin de nous mettre en action. Que nos actions soient tournées vers les autres par le service, la solidarité, la justice, le pardon et l’amour. Ainsi notre monde sera plus compréhensif et plus fraternel et d’autres se mettront en route avec nous sur le chemin de la sainteté auquel Dieu nous appelle  “Soyez saints, car moi, le Seigneur, je suis saint”. (Lv 19)

La fête du Christ-Roi nous interpelle sur la royauté et la puissance et aujourd’hui, comment encore comprendre la Puissance et la Royauté de Dieu, révélées en son Fils ? C’est au regard de la croix, interpellé par le don ultime que Jésus offre aux hommes que je peux appréhender ce qu’être Roi signifie. Roi, au-dessus des rois, Jésus nous montre que sa puissance est celle de l’Amour et du Service et que sa Royauté est celle du don de soi afin que chacun ait la Vie, la vie en abondance. Le Royaume est déjà là et c’est à nous de faire fructifier ses germes afin de le continuer à le construire ici-bas.

Le 2 décembre, premier dimanche de l’Avent, nous vous invitons à nous réunir pour commencer ensemble cette année liturgique qui s’ouvre devant nous : rendez-vous à 13h30 à l’église de Bois-de-Breux pour vivre une après-midi de réflexions qui nous mettra en route vers Noël.

Delphine Mirgaux. Assistante Paroissiale et Coordinatrice de la catéchèse.

En chemin avec la catéchèse…

Jésus vient chercher tous ceux qui le cherchent, au cœur même de leur vie. Il nous appelle à le suivre sur le chemin qui mène à Dieu. Ne voudrais-tu pas y marcher toi aussi ?

 

 

Les vacances scolaires approchent à grand pas et l’été vient de commencer. Attendues par beaucoup, en particulier par les enfants et les jeunes, elles ouvrent un temps pour nous permettre de souffler, de nous reposer, de recharger nos batteries, de laisser de côtés nos soucis et nos préoccupations, de prendre le temps…

Prendre le temps de « vivre autrement », l’Eglise l’a bien compris, elle aussi, puisque ce temps des vacances est inscrit dans le temps « ordinaire » de l’Eglise. Ces deux temps ont-ils quelque chose en commun ? On pourrait croire qu’il s’agisse pour l’un ou pour l’autre d’une sorte de « pause ». On ne peut pas vivre tout intensément tout le temps, il faut parfois s’arrêter pour goûter, méditer, reprendre et savourer… Et ce temps « ordinaire » nous invite à prendre le temps de nous « orienter », de « nous tourner vers ». Nous tourner vers Jésus-Christ, nous mettre en chemin à sa suite, éclairé déjà par le don de l’Esprit reçu à notre baptême.

Ce temps nous permet donc, non de quitter le temps de la fête pour un retour à la grisaille du quotidien mais bien de vivre pleinement du mystère du salut qui s’inscrit jusque dans l’ordinaire de nos vies. C’est bien de cela dont il s’agit, de laisser une place à Dieu dans l’ordinaire des jours qui passent, et ce temps de vacances me semble opportun pour nous mettre en route, pour nous laisser toucher et bousculer par cet Amour offert, ce don merveilleux qui nous dépasse, que nous pouvons faire « fructifier » dans nos vies.

Nous vous invitons d’ailleurs en ce cinquième dimanche du mois de juillet, le 29, à 9h30 à Fayenbois, à vous laisser interpeller par le thème « en vacances avec Dieu » de l’activité Tous en chemin. Tous en réflexion sur la place que nous faisons à Dieu dans nos vies, dans nos relations aux autres, dans nos temps de vacances…

Je vous souhaite des vacances « avec Dieu » !

« Seigneur, je voudrais sur ma route pouvoir m’arrêter et sentir Ta présence. Tant de fois, je suis pressée, bousculée, ébranlée par ce que je vis, par ce que je vois… Donne-moi la force d’agir lorsqu’il le faut mais aussi de m’arrêter pour goûter, sentir, voir ce qu’il y a autour de moi… Je ne voudrais pas passer à côté de ce qui est important même si parfois l’essentiel est juste invisible… Aide-moi à me laisser porter par Ton amour et à devenir témoin de cet Amour pour les autres. Alors, je pourrai devenir frère en Jésus-Christ pour eux et les accueillir comme frères, comme Tes enfants. Permets-moi de découvrir Ton image en chacun d’eux, alors ma route sera plus belle… Appelée par Toi en qui je mets toute ma confiance, je peux t’appeler « Abba », père, avec mes frères en disant : Notre Père… »

Delphine MIRGAUX, assistante paroissiale et coordinatrice de la catéchèse

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *