Le mot du Curé

LA RENTRÉE ENTRE PEUR ET CONFIANCE !

Où va le monde ? Les prix ne cessent d’augmenter, l’énergie devient impayable, et un nombre croissant de ménages se demandent comment ils vont payer leurs frais de chauffage pendant l’automne et l’hiver qui s’annoncent.
D’après de nombreux spécialistes économiques, le pire reste à venir, et on se demande combien de temps notre société pourra résister à l’inflation galopante.
Nous connaissons tous la raison de cette perspective apocalyptique : la guerre en Ukraine et la soif d’une grande nation de rétablir son pouvoir de jadis. Cette invasion injuste a des répercussions sur la situation de quasi tous les pays dans le monde : danger de famine dans les pays pauvres, inflation record, pénurie de matières premières et renforcement des tensions entre les nations.
De plus en plus de concitoyens se posent alors des questions : est-ce que cela valait bien la peine d’imposer autant de sanctions à la Russie ? Ne devrions-nous pas nous occuper de la santé de notre propre économie au lieu d’aider ces Ukrainiens qui ne font partie ni de l’Union Européenne ni de l’OTAN ?
Qu’ils se débrouillent car le prix à payer pour notre aide est trop élevé ! De telles réflexions sont-elle égoïstes ? En tout cas, elles sont l’expression d’une peur bien palpable. Les plus pessimistes vont jusqu’à interpréter cette situation comme le début de la fin du monde, après le Covid, les inondations, la
sécheresse et tous les autres changements climatiques…
Il faut entendre ces voix critiques, dont beaucoup se soucient malgré tout du sort des pauvres de chez nous. Dans l’article page 14 et 15, vous lirez un témoignage des responsables de Saint-Vincent-de-Paul qui constatent une augmentation considérable des demandes de soutien de la part des familles les
plus défavorisées de notre Unité pastorale.
Évidemment, il n’est pas en notre pouvoir de décider quelle position les pays occidentaux doivent adopter dans ce bras de fer avec la Russie. D’ailleurs, même en tant que chrétiens, devant une telle situation compliquée, il n’est

pas facile de juger ce qui répond le mieux aux valeurs de l’Évangile.
Un peuple innocent attaqué injustement n’a-t-il pas le droit d’être soutenu ?
D’un autre côté, ne faut-il pas freiner cette spirale d’augmentation des prix qui nuit d’abord aux plus fragilisés de nos sociétés ?
Devant ce dilemme, la prière sera certainement bon conseillère : demandons au Seigneur d’éclairer
l’esprit des responsables politiques, et notamment de Monsieur Poutine, pour qu’ils soient conscients
de leur responsabilité et ne précipitent pas le monde dans un gouffre de misère. Prions aussi pour les chrétiens de Russie, et plus précisément pour l’Église orthodoxe, dont le patriarche Kyrill se dit très proche de Vladimir Poutine. Qu’ils comprennent enfin que la violence produit toujours de nouvelles injustices et n’est certes pas conforme aux desseins de Dieu.
Mais cette guerre a aussi quelques effets positifs. Elle a renforcée la cohésion des membres de l’Union Européenne et fait oublier certaines petites querelles du passé. Qu’à un niveau beaucoup plus modeste, elle puisse aussi renforcer notre détermination à être solidaires les uns des autres, à nous montrer généreux face à ceux qui souffrent le plus.
La rentrée de septembre est le moment idéal pour recréer les liens entre tous les membres de nos communautés. Je vous invite plus particulièrement à vous inscrire à cette journée de rentrée du 2 octobre, qui aura lieu pour la première fois au « Petit Lourdes » de Bassenge, dans la vallée du Geer (voir
invitation pages 10). Ce sera l’occasion de nous sentir appartenant à cette grande communauté de personnes qui mettent l’amour et la paix à l’avant-plan de leur action.
Bonne rentrée aux enfants et aux jeunes ! Enfin une rentrée sans limitations dues à la pandémie ! Que les activités de catéchèse à tous les niveaux répandent la foi et augmentent le nombre des passionnés du Christ !
Bonne rentrée aussi aux moins jeunes : que vous puissiez trouver dans la fréquentation de nos églises et groupes le soutien dont vous avez besoin, de la part de Dieu et de la part de ceux et celles qui partagent votre foi !

Ralph Schmeder, votre curé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.